Une nouvelle inspirée de l'univers de Fabien Fournier, plus particulièrement de Néogicia et de Noob, mais qui peut aussi se lire sans connaître ces deux oeuvres.

Le destin étrange d'un... personnage de jeu vidéo ?

Pour les néophytes : PNJ = "personnage non joueur" d'un jeu vidéo, qui donne généralement une quête au héros incarné par le joueur et répète toujours les mêmes phrases.
IRL = "in real life" ("dans la vie réelle")

 

Il existe un début alternatif : CLIC !

 

La route serpentait parmi les arbres, montant et descendant au rythme des collines boisées de cette région peu habitée d'Olydri. Les mille petits bruits de la forêt formaient exactement l'ambiance sonore qu'on s'attendait à trouver dans un endroit de ce genre. Un autre son, plus régulier, s'adjoignit progressivement aux autres, d'abord à peine audible puis de plus en plus fort : les pas de quelqu'un marchant à vive allure malgré son lourd équipement.

– Je vous en prie, noble voyageur, venez à mon secours !

Le guerrier s'arrêta brusquement, dans un cliquetis d'armes et d'armure. Intrigué, il regarda autour de lui, à la recherche de l'origine de cette supplique. Surmontant ma peur, je sortis de derrière le gros rocher où j'avais trouvé refuge et je m'avançai vers lui.

– Que vous arrive-t-il ? me demanda-t-il lorsque je fus à sa hauteur. Vous avez l'air d’être bien effrayée !

– C'est une longue histoire... Voulez-vous que je vous la raconte ?

– Bien sûr, dites-moi tout, accepta-t-il.

– Tout a commencé il y a environ six semaines, lorsque mes parents sont morts. Je travaille depuis plusieurs années près de Fructalis, la capitale de la plus grande région agricole de l'Empire, comme gouvernante pour les enfants d'un riche propriétaire, mais dès que j'ai appris la triste nouvelle, je suis retournée dans mon village natal pour m'occuper de mon jeune frère Cadwell, qui est de presque douze ans mon cadet. Nous avons convenu qu'il valait mieux qu'il vienne vivre avec moi, au moins jusqu'à ce qu'il atteigne sa majorité, l'année prochaine. Nous avons donc décidé de vendre la petite maison et tous les biens de nos parents, afin de finir de payer ses études et de l'aider à démarrer sa vie d'adulte. L'affaire a été conclue hier, aussi avons-nous pris la route ce matin pour rallier Fructalis, à quelques jours de marche.

Je dus m'essuyer les yeux avant de continuer.

– Quand je prenais cette route pour rendre visite à ma famille, j'avais l'habitude de passer la nuit dans une petite grotte en contrebas d'ici, près des ruines d'un ancien temple au bord du lac. Mais cette fois... nous étions attendus par des bandits ! Je suis sûre que quelqu'un du village est de mèche avec eux et qu'il les a prévenus que nous transportions une importante somme d'argent. Quand nous sommes arrivés tout près de la grotte, ils en sont sortis tout à coup pour nous détrousser et sans doute nous assassiner ensuite ! J'ai réussi à leur échapper je ne sais trop comment, mais hélas, ils ont capturé Cadwell ! Je crois qu'il est encore en vie, parce que ces maudits bandits m'ont crié qu'ils me le rendraient si je leur donnais tout mon argent, mais je sais bien que si je leur obéis, ils nous tueront tous les deux...

Je saisis la main du guerrier d'un geste implorant.

– Je vous en supplie, noble voyageur, sauvez mon pauvre petit frère de ces ignobles bandits, car je n'ai plus que lui au monde ! Je vous promets que vous serez largement récompensé !

– J'accepte de vous aider. Ne vous inquiétez pas, je vais me charger de ces bandits et libérer votre frère, déclara le guerrier, à mon grand soulagement.

Sans attendre, il se dirigea vers le sentier qui descendait jusqu'au lac, non loin du rocher qui me servait de cachette. En arrivant à peu près à mi-hauteur de la colline, il s'accroupit et disparut aussitôt de ma vue. Ce devait être un grand expert en furtivité ! Je commençai à me sentir rassurée : sans nul doute, cet homme était de taille à venir à bout des bandits et à me ramener mon frère sain et sauf !

Effectivement, je n'eus pas très longtemps à patienter avant de voir leurs deux silhouettes remonter le sentier. Je sentis une joie immense envahir mon cœur, après la peur intense qui m'avait tant fait trembler. Lorsqu'ils furent près de moi, je serrai très fort mon cher Cadwell dans mes bras. Cette fois, c'étaient des larmes de joie qui coulaient sur mes joues.

Je me tournai ensuite avec reconnaissance vers notre sauveur.

– Je vous remercie infiniment pour votre aide, noble voyageur. Veuillez accepter cet argent, dis-je en lui donnant une partie de la somme que je transportais. Mais surtout, je voudrais vous offrir ce précieux anneau qui appartenait à notre père. Il l'utilisait quand il partait travailler aux champs, car ce bijou permet à son porteur de retrouver ses forces très rapidement.

Le guerrier examina la bague et sembla la trouver à son goût.

– Regardez-moi cette petite merveille ! Plus 100 en régénération de vigueur et plus 500 points de vigueur, voilà qui va m'être bien utile en combat ! s'exclama-t-il d'un ton joyeux. J'ai bien fait de chercher cette quête cachée dans ce coin perdu !

Il reprit sa route, s'éloignant de son pas rapide, son imposante hache à deux mains cliquetant dans son dos contre sa lourde armure de métal.

Peu de temps après son départ, une angoisse familière me noua soudainement l'estomac. Cadwell n'était plus à mes côtés. Je ne précipitai derrière le rocher, haletante de terreur. Bientôt, j'entendis un bruit de pas s'amplifier au milieu des mille petits bruits de la forêt. Ils étaient plus légers que ceux du guerrier. Une femme, vêtue d'une souple armure de cuir, apparut dans mon champ de vision. Une branche d'arc et un carquois rempli de flèches dépassaient derrière son épaule.

– Je vous en prie, noble voyageuse, venez à mon secours !

La femme s'arrêta net. Méfiante, elle s'empara de son arc et y encocha une flèche avant d'examiner les alentours, à la recherche de l'origine de cette supplique. Surmontant ma peur, je sortis de derrière le gros rocher où j'avais trouvé refuge et je m'avançai vers elle.

– Que vous arrive-t-il ? me demanda-t-elle lorsque je fus à sa hauteur. Vous avez l'air d’être bien effrayée !

– C'est une longue histoire... Voulez-vous que je vous la raconte ?

– Désolée, mais je n'ai pas le temps. Dites-moi simplement en quoi je pourrais vous aider.

– Mon jeune frère Cadwell a été capturé par un groupe de bandits dans une petite grotte en contrebas d'ici, près des ruines d'un ancien temple au bord du lac.

Je saisis la main de l'archère d'un geste implorant.

– Je vous en supplie, noble voyageuse, sauvez mon pauvre petit frère de ces ignobles bandits, car je n'ai plus que lui au monde ! Je vous promets que vous serez largement récompensée !

– J'accepte de vous aider. Ne vous inquiétez pas, je vais me charger de ces bandits et libérer votre frère, déclara l'archère, à mon grand soulagement.

Sans attendre, elle se dirigea vers le sentier qui descendait jusqu'au lac, non loin du rocher qui me servait de cachette. Avant de l'emprunter, je la vis faire quelques pas dans le sous-bois et se pencher pour ramasser une plante rare, qu'elle rangea soigneusement dans son sac. Elle devait pratiquer l'alchimie, en déduisis-je. Elle entama ensuite la descente, son arc de nouveau à la main, prête à décocher une flèche au premier ennemi qui se présenterait. Elle comptait sûrement jouer sur l'effet de surprise, car je la vis quitter le sentier et s'enfoncer sous le couvert des arbres, où elle disparut presque aussitôt telle une ombre. Je commençai à me sentir rassurée : sans nul doute, cette femme était de taille à venir à bout des bandits et à me ramener mon frère sain et sauf !

Cependant, avant qu'elle ne revienne victorieuse de sa mission, une angoisse familière me noua soudainement l'estomac. Un lointain bruit de pas venait en effet de se faire entendre. Ce qui se produisit aurait peut-être dû m'étonner, mais cela m'était déjà arrivé tant et tant de fois que cela me paraissait curieusement habituel ; une routine changeante, en quelque sorte. Je me disais parfois, le temps d'une brève et déplaisante pensée, que c'était le résumé de mon existence entière...

Tandis que le son des pas sur la route s'amplifiait parmi les mille petits bruits de la forêt, mon être se dédoubla. Une version de moi resta près du sentier qui menait à la grotte, emplie de l'espoir grandissant de revoir mon petit frère sain et sauf. L'autre version, haletante de terreur, se précipita derrière le gros rocher qui me servait de refuge. Il m'était arrivé d'avoir jusqu'à plusieurs dizaines de versions différentes simultanément. Je m'étais alors sentie comme prisonnière d'un maelstrom d'émotions intenses allant de l'angoisse la plus absolue jusqu'au bonheur le plus complet, en passant en même temps par toutes les phases de l'espoir. Cette expérience n'avait pas été à proprement parler douloureuse, mais assez dérangeante pour que j'ai l'impression d'une libération quand elle avait pris fin, bien que dans les faits, je sois toujours condamnée à revivre indéfiniment ma routine changeante.

 

PAGE SUIVANTE

 

Incursion dans un autre monde