Roman d'anticipation où les personnages, d'apparence banale, portent sur le monde un Regard très différent...
DEBUT
PAGE PRECEDENTE

 

Il y eut un nouveau silence. Cette fois, c'est moi qui le rompis.

– Tu vas peut-être penser que je suis obsédée par les forces de l'ordre, mais je me demande quand même pourquoi la police n'est pas venue t'interroger dans ta loge, au théâtre. Tout le monde t'a reconnu quand tu as anéanti le drone, et ça m'étonnerait que personne n'ait répandu cette information !

Ma question sembla amuser Stéphane, qui afficha le sourire un peu taquin que je commençai à connaître.

– Voilà une énigme dont j'ai la solution !

– Ce sont tes fameux « contacts respectueux » ?

– Même pas ! En fait, je devais venir avec quelqu'un à cette soirée, et la loge était réservée au nom de mon accompagnatrice, qui a eu un empêchement de dernière minute. La police a sûrement cherché après moi au théâtre, mais grâce à cela, elle ne m'a pas trouvé ! Ensuite, tu m'as guidé jusqu'ici, donc nul ne sait où je me trouve à part toi !

– Tes amis ne risquent-ils pas de partir à ta recherche s'ils sont sans nouvelles de toi ?

– Sans doute que si, mais en l'occurrence, ils ne sont pas sans nouvelles : juste avant le début du récital de l'Ange Bleu, je leur ai envoyé un message pour leur dire que j'allais bien et que j'étais en sécurité avec une personne dotée d'une Seconde Vision remarquablement puissante.

– Tu t'es peut-être un peu avancé au sujet de ma puissance !

– Je ne crois pas. Ta localisation du drone était d'une précision exceptionnelle, de même que le fait que tu as Vu tout cela de nombreuses heures en avance. Parmi les Changés de ma connaissance qui ont le même don, je pense que seuls deux seraient capables d'une telle efficacité. Et puis… tu as pris le risque d'affronter mon propre pouvoir sans hésiter ; je dois dire que cela m'a impressionné ! D'ailleurs, à ce sujet, je voudrais te poser une autre question, à laquelle j'espère que tu accepteras de répondre.

– Pose-la toujours et on verra bien !

– Est-ce qu'il faut que les deux Changés soient de force équivalente pour déclencher ces… Yeux de Vérité ?

– D'après nos expérimentations personnelles et ce que nous avons pu voir de certains tests menés au Camp de l'Enfer, mon amie et moi avons conclu que la Seconde Vision devait être au moins au même niveau que le Regard du Vide. Sinon, c'est l'anéantissement assuré.

– Ton pouvoir est donc égal au mien ? Je ne veux pas avoir l'air de me vanter, mais je trouve ça vraiment incroyable !

– C'est vrai que tu es d'une force exceptionnelle, mais sans me vanter moi non plus, je peux t'affirmer que mon don n'est pas égal, mais supérieur au tien.

– Comment peux-tu le savoir ?

– L'amie avec qui j'ai découvert les Yeux de Vérité était encore plus puissante que toi.

Stéphane eut l'air abasourdi, mais il ne fut pas vexé ni ne remit ma parole en doute, ce qui était fort appréciable. Décidément, sa personnalité se dévoilait progressivement de manière agréable. Malgré ce que pouvaient laisser supposer certains articles de presse à son sujet, il était loin de coller à son image publique de héros parfois trop sûr de lui et d'allure insouciante – ce qui n'était pas pour me déplaire !

– Elle devait être absolument fantastique ! Quel dommage qu'elle n'ait pas réussi à s'enfuir de ce maudit Centre !

– Il ne pouvait en être autrement… Mais cela fait partie des sujets que je ne souhaite pas aborder, du moins pour le moment.

– Bien sûr ! D'ailleurs, il se fait tard ; je crois le temps est venu de mettre un terme à cette petite conversation, si passionnante qu'elle soit.

– Tu as raison, je n'avais pas fait attention à l'heure. La salle de bains est à droite dans le couloir, les WC au fond. Tu trouveras des serviettes dans le placard sous le lavabo. Pendant que tu prends ta douche, je vais te préparer le lit dans la chambre d'amis.

Stéphane eut l'air interloqué.

– La chambre d'amis ? Après ce qui s'est passé tout à l'heure, je pensais que…

– Oh… Je pensais que c'était arrivé un peu par accident…

– Comment ça, par accident ?

– C'est-à-dire… Tu as dit que tu devais être accompagné et que la fille qui devait venir avait eu un empêchement…

– Et tu crois que je profite de l'obscurité pour coucher avec toutes les filles qui m'accompagnent à un spectacle ?

Je me sentis rougir malgré moi.

– Disons que tu as une certaine réputation de séducteur…

Il soupira.

– Je sais, je fais la joie des journaux people, mais je t'assure que les filles avec qui il m'arrive de passer une soirée sont loin d'être toutes mes conquêtes ! Je ne prétends pas être indifférent aux charmes féminins, mais dans la quasi-totalité des cas, nous passons une simple soirée en tout bien tout honneur. En général, les personnes qui m'accompagnent sont choisies par l'équipe de communication de la Fondation. Ce sont des notables locaux, ou des starlettes un peu connues, et nous faisons en quelque sorte notre publicité mutuelle, rien de plus. Tu n'es pas un numéro ou un nom de plus dans un carnet. Tu me plais réellement, et avec ce qui s'est passé entre nous, je croyais que c'était réciproque, mais si je me suis trompé et que pour toi, ce n'était qu'un simple « accident », alors va pour la chambre d'amis ! Autant clarifier les choses tout de suite, avant que…

Je l'embrassai sans lui laisser le temps de finir sa phrase. Une petite voix méfiante au fond de moi me disait que ce n'était peut-être que son baratin habituel, mais tant pis : même si c'était le cas, j'avais bien le droit d'en profiter ! Et cette fois, nous prîmes vraiment tout notre temps pour en profiter au maximum et le plus longtemps possible…

Fin du chapitre 1

 

Je revais d'un autre monde