Voici le début d'un roman que j'ai écrit il y a quelques années et que j'ai eu la joie de voir sélectionné parmi les finalistes d'un concours national "Nouvelles Plumes". Le jury se montra plutôt élogieux mais ne retint finalement pas mon roman pour la publication, en disant qu'il le trouvait "trop dense" et qu'il y avait de quoi préciser des éléments de l'histoire pour en faire non pas un, mais deux tomes. Ce sera une trilogie au final, puisque j'avais déjà commencé la suite.
C'est donc à cet exercice de réécriture que je me livre depuis plusieurs mois. Si vous voulez connaître la version originelle, demandez-la moi, je vous l'enverrai avec plaisir !
Comme d'habitude, je suis impatiente d'avoir vos retours.  :-D

 

Prologue

Ispahen ferma d’un geste vif le grimoire qu’il consultait, puis se leva d’un bond, disposant machinalement les plis de sa robe de Mage autour de lui. Il sortit de la bibliothèque sans même finir son verre de liqueur – pourtant celle qu’il préférait ! – et se rendit en haut de la Tour. « Entre, mon ami ! », lui enjoignit une voix alors qu’il atteignait, légèrement essoufflé, la porte située au dernier étage.
Il pénétra dans une petite pièce claire et chaleureuse. Le Grand Maître de la Cité des Mages se tenait un peu sur sa droite, confortablement installé dans un fauteuil d’apparence aussi vénérable que son possesseur. Ispahen le salua rapidement avant de prendre place sur un tabouret en face de lui.
– Tes recherches ont-elles confirmé tes inquiétudes, mon ami ?
– Oui, Grand Maître. L’enfant doit naître lors de la prochaine nuit où les trois lunes seront pleines.
– Donc, dans cinq jours à peine… A force de nous sentir protégés par la Barrière depuis presque deux cents ans, je crains que nous n’ayons pas cherché avec assez d’acharnement la trace de sa lignée maudite ! Enfin… Et que comptes-tu faire ?
– Vous savez comme moi que jamais le Conseil n’acceptera de croire que le temps de la paix prendra bientôt fin, alors il ne me reste qu’une solution.
– J’ai peur de comprendre, Ispahen…
– Hélas ! soupira le Mage, ce n’est pas que cette idée me plaise beaucoup, mais il n’y a aucun autre moyen, si je veux agir avant qu’il ne soit trop tard. Dès qu’il sera né, je partirai à la recherche de l’enfant.
– Te rends-tu compte de l’ampleur de cette tâche ?
– Pour être franc, je n’en suis pas vraiment sûr, mais cela fait déjà bien des années que je me prépare à cette éventualité… J’arpenterai toutes les Terres de l’Ouest s’il le faut, mais je trouverai cet enfant à temps.
– J’envie ta confiance, Ispahen.
– Il ne s’agit nullement de confiance, Grand Maître. Depuis que j’ai vu les signes annonciateurs de son arrivée, je sais que je le trouverai, parce que… je crois bien qu’il me guidera vers lui.
– Espérons-le, Ispahen, espérons-le…

Ils restèrent longtemps silencieux, hantés tous les deux par une pensée identique qu’ils n’osèrent s’avouer. Ispahen partirait dans cinq jours, soit, mais quand retrouverait-il la quiétude de son foyer ?

 

Chapitre 1 : CLIC

Chapitre 2 : CLIC

 

Je revais d'un autre monde