15 février 2016

La Petite Fille aux yeux d'or - Chapitre 2 #2

Prologue & table des matières : CLIC

 

Quelques instants plus tard, il se remit à son tour à marcher vers sa destination. Il ralentit au passage des admirables portes de la ville, qu'il parcourut du regard, et rendit poliment leur bonjour aux gardes qui surveillaient le passage. Connaissant déjà les lieux, l’homme se dirigea sans hésiter vers le château qui s’élevait au cœur de la ville, ne s’arrêtant brièvement que pour acheter quelque chose de chaud et de revigorant sur le marché qui se tenait quotidiennement, bravant parfois des tempêtes qui auraient fait se terrer chez eux tout autre que les Nordiques.

Il échangea les banalités d’usage avec le marchand, qui lui déclara tout à coup :
– Dites-moi, voyageur, ne seriez-vous pas originaire du Royaume du Sud ?

L’autre ne répondit d’abord rien, surpris par cette question, puis il inclina la tête en souriant.
– Mais comment avez-vous deviné ? Je ne suis qu’à demi-Démon et à demi-Humain !
– Oh, je n’ai pas grand mérite, prétendit modestement le marchand. Ma femme est elle-même une Démone, et il y a chez vous certains traits que j’ai l’habitude de voir chez mes enfants.
– Je comprends mieux votre perspicacité ! Mais dites-moi, votre épouse ne souffre-t-elle pas trop des hivers rigoureux que vous avez ici ? Le climat est tellement plus chaud dans le Sud !
– Ah, ne m’en parlez pas… La pauvre rêve de retourner dans son pays natal dès qu’elle voit le premier flocon tomber… Et vous, qu’est-ce qui vous amène à visiter cette contrée en plein hiver ? Ce n’est pas une saison facile pour voyager !
– En effet, mais j’ai la plus belle des raisons : je viens pour célébrer une naissance très attendue par un vieil ami.
– Un bébé, quelle joie ! s’exclama le marchand d’un air ému. Figurez-vous que ma fille vient d’avoir son deuxième enfant, un adorable bambin toujours affamé comme son grand-père ! Attendez un instant, demanda-t-il en allant fouiller sa charrette, d’où il sortit un petit paquet emballé avec beaucoup de soin. Tenez, vous offrirez cela de notre part aux heureux parents, pour qu’ils l’accrochent sur le berceau. C’est un genre de porte-bonheur traditionnel du Royaume du Sud que vous devez connaître, vous savez, ces petits piégeurs de cauchemars qui sont censés aider les enfants à dormir paisiblement ? Ma femme l’avait fait pour la petite nièce d’une voisine, qui dort très mal à ce qu’il paraît, mais elle ne m’en voudra pas de vous l’avoir donné, quand je lui aurai raconté d’où vous venez. Il faut bien s’entraider entre compatriotes, ça réchauffe le cœur quand il neige dru ! Et puis, ça lui fera l’occasion d’en tisser un autre, je sais qu’elle adore créer ces babioles !
– Merci beaucoup, je suis sûr que cela fera très plaisir aux parents. Je ne manquerai pas de leur recommander votre étal pour leur prochaine visite au marché ! Je vous souhaite une bonne journée.
– Merci à vous et bon séjour dans notre belle ville ! Ils n’auront qu’à demander après Harod le chasseur, tout le monde me connaît ! le salua le marchand, ravi d’avoir eu affaire à un client si inhabituel et si aimable.

Harod se targuait de savoir juger ses clients en un coup d’œil, et celui-là était pour sûr un homme de bien !

 

Page suivante : CLIC

 

Je revais d'un autre monde

Posté par polnastef à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]