21 mars 2016

La Petite Fille aux yeux d'or - Chapitre 2 #7

Prologue & table des matières : CLIC

 

Loriel ouvrit à toute volée la porte de la casemate des gardes, un peu essoufflé par sa course en armure depuis la salle d'entraînement. C'était bien lui !

– Rigwald, quel bonheur de te revoir après tant d'années d'absence !

Les deux hommes échangèrent une chaleureuse accolade.

– Mais dis-moi, d'où viens-tu, pour avoir dû entreprendre un voyage jusqu'à Septentris en plein hiver ? Tu mènes encore tes recherches pour ta chère Encyclopédie ?
– Je ne peux rien te cacher ; tu sais à quel point ces recherches sont importantes pour moi ! J'étais en mission d'exploration depuis près d'un an, très loin au sud d'ici. C'est seulement en rentrant à la Cité des Mages, il y a environ trois semaines, pour y rédiger une série de nouveaux articles, que j'ai découvert le faire-part de naissance que tu m'avais envoyé. J'ai dû prendre un peu de temps pour régler quelques affaires courantes qui ne pouvaient pas rester en suspens, mais dès que j'ai pu me libérer, je suis venu ici pour féliciter les heureux parents et admirer votre petite fille !
– Excusez-moi de vous interrompre, dit alors l'un des gardes qui assistaient à ces retrouvailles. Mes camarades et moi, nous n'avons pas pu nous empêcher d'entendre ce que vous venez de dire au général… Seriez-vous le fameux Mage Faerius, l'auteur de la Grande Encyclopédie des Terres de l'Ouest ?
– C'est bien moi qui ai entrepris cette tâche un peu folle ; Rigwald Faerius, pour vous servir ! confirma le voyageur en se fendant d'une révérence assez comique.

Les soldats furent stupéfaits par cette révélation. L'un des hommes les plus célèbres du continent se tenait là, devant eux, et il venait de discuter avec eux comme si de rien n'était en attendant le général ! La simplicité et la chaleur dont il venait ainsi de faire preuve conquirent le cœur des gardes bien plus que son immense renommée n’aurait pu y parvenir, même si comme tout le monde, ils attendaient avec impatience la parution des nouveaux articles de son incroyable ouvrage. Ce dernier avait pour but de recenser aussi bien la faune, la flore, les sites majeurs que les mœurs des différents pays des Terres de l'Ouest. Il était réputé à la fois pour la fiabilité de son contenu, pour la qualité de ses illustrations et, surtout, pour son style assaisonnant la rigueur scientifique d'une agréable touche d'humour.

Le Mage extirpa un mince rouleau de feuilles de son sac de voyage. Il le tendit au garde porte-parole de ses camarades, qui le prit en hésitant un peu, se demandant visiblement de quoi il s'agissait.

– C'est une copie de mes tout derniers articles. A l'heure où je vous parle, ils doivent tout juste commencer à être édités à la Cité du Savoir, avant leur diffusion aux quatre coins du continent. Je les ai apportés pour les faire lire à mon cher Loriel, mais puisque vous semblez intéressés par mes modestes écrits, je suis sûr qu'il ne verra pas d'inconvénient à ce que vous les lisiez avant lui. N'est-ce pas, Loriel ?

L’intéressé, souriant, acquiesça d'un signe de tête.

– Comment vous remercier pour l'honneur que vous nous faites, Messire Faerius, vous et votre neveu ? balbutia le soldat.
– Allons, pas de ça entre nous ! protesta le Mage en riant. Si vous insistez, disons que c'est ma façon de vous remercier pour m'avoir accueilli au chaud et m'avoir si gentiment tenu compagnie en attendant mon cher Loriel ! À présent, je vous laisse à votre lecture, j'ai une mère et un bébé à embrasser !

 

Page suivante : CLIC

 

Je revais d'un autre monde

Posté par polnastef à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]