11 avril 2016

La Petite Fille aux yeux d'or - Chapitre 2 #10

Prologue & table des matières : CLIC

 

Enfin, le Mage extirpa un étui de cuir un peu plus gros que le poing. Lorsqu'il le prit, Loriel le trouva plus lourd qu'il ne le pensait. Intrigué, il défit la lanière qui le retenait fermé. À l'intérieur, il y avait quelque chose qu'il n'identifia pas. Il sortit entièrement le mystérieux objet, le tourna et le retourna en tous sens, déterminé à résoudre cette énigme.

C'était un objet rectangulaire aux coins légèrement arrondis, qui mesurait environ douze centimètres de long pour trois de large et à peu près autant d'épaisseur. Sa matière extérieure semblait composée de bois aux veines d'une régularité inhabituelle, comme s'il s'agissait en fait d'un matériau inidentifiable auquel on aurait voulu donner l'aspect du bois. Il contenait des sortes de fines tranches de métal argenté sur le dessus et le dessous. Loriel pensa d'abord qu'il pouvait s'agir d'un instrument de musique, mais il écarta aussitôt cette idée. Les lamelles de métal étaient trop larges pour pouvoir vibrer et produire un son.

En examinant de plus près la structure interne de l'objet, il constata que les parties métalliques n'avaient pas toutes la même forme. Il en vit notamment une finement striée, un peu comme une espèce de lime miniature, et une autre tordue en spirale.

Son air perplexe paraissait beaucoup amuser Rigwald. Refusant de s'avouer si vite vaincu, Loriel approcha davantage encore le mystérieux bidule de ses yeux, pour en observer les moindres détails. Il s'aperçut alors que chaque forme de métal était fixée alternativement à l'une des deux extrémités. La plupart présentaient également une sorte d'encoche gravée sur le bord extérieur.

Saisi d'une soudaine inspiration, il glissa un ongle dans l'une de ces rainures et exerça une traction, d'abord légère puis plus soutenue. Tout à coup, une petite paire de ciseaux coulissa et se retrouva en dehors de l'objet, auquel elle resta cependant attachée grâce à cet ingénieux système d'anneaux. Loriel répéta l'opération avec les autres éléments de métal. Il se retrouva bientôt avec trois lames, deux lisses de deux tailles différentes et une longue dentée, et ce qui ressemblait beaucoup à une lime à ongles et à une pince à épiler. En revanche, il ne fut pas capable de déterminer l'utilité de la spirale qui se terminait en pointe, ni de deux lamelles dont l'une s'achevait par une partie plate et l'autre par une forme de croix.

– Quel magnifique objet, même si j'avoue qu'il y a certains de ces outils miniatures dont la fonction m'échappe… Je suppose que le forgeron qui a créé ce chef-d’œuvre t'en a expliqué les secrets. En tout cas, tu pourras lui transmettre toutes mes félicitations pour cet extraordinaire tour de force !

Rigwald eut un petit rire.

– Je crains que ce ne soit pas possible, mon cher Loriel : il n'a rien pu m'expliquer, car il est mort depuis vraiment très, très longtemps !

Loriel le fixa un moment sans comprendre, puis son visage s'éclaira soudain.

– Veux-tu dire que cet objet mystérieux… date des Anciens ?

 

Page suivante : CLIC

 

Je revais d'un autre monde

Posté par polnastef à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]